vendredi 7 juillet 2006

Construction des toilettes sèches

Avec l'aide de Leslie et Nicolas, que je remercie pour leur aide enthousiaste et chaleureuse, nous avons fabriqué des toilettes sèches qui nous plaisent bien !

Vous trouverez dans cet article les plans et les photos des principales étapes de la fabrication...

A - Pourquoi des toilettes sèches ?

Je me contenterai de reprendre les propos de Joseph ORSZAGH (cité par Patrick Baronnet dans "De la maison autonome à l'économie solidaire".) :

« Grâce à l'utilisation de la toilette à litière biomaîtrisée, on peut se passer d'égouts et de stations d'épuration en zone rurale et périurbaine, sans la moindre pollution des eaux et pour le prix du tuyau de raccord à l'égout ! »

« Sachant que 80 à 100 % (suivant l'endroit) de la charge polluante des rivières provient des habitations, la suppression de cette pollution grâce à ce système pourrait rendre à la plupart de nos rivières leur pureté originelle. Sans dépenser un franc pour les égouts et les stations d'épuration, des rivières pures et pleines de vie sont à notre portée. »

Pour en savoir plus, vous pouvez visiter les sites suivants : - Eautarcie : www.eautarcie.com, et notamment cette page. - Toilettes du Monde : www.tdm.asso.fr et notamment cette page. - Eau Vivante : http://eauvivante31.free.fr et notamment cette page.

B - Le plan de nos toilettes sèches

J'ai dessiné des toilettes qui incluent un bac pour la sciure, ce que je trouve plus pratique.

Plan des wc secs

Ce qui donne au final :

Les wc terminés

et c'est encore mieux quand Nicolas nous dévoile, non sans une pointe de fierté, la face cachée du bolide !

Nicolas fier de son oeuvre !

C - Les "ingrédients"

1. Le bois à faire découper (contre-plaqué ou équivalent) : N.B. : dimensions données en mm

En 18 mm d'épaisseur : 3 plaques de 540 x 515 (C, D et E)

En 12 mm d'épaisseur : - 1 plaque de 204 x 564 (A) - 1 plaque de 646 x 564 (B) - 1 plaque de 850 x 527 (F) - 1 plaque de 850 x 540 (G) - 1 plaque de 222 x 527 (H) - 1 plaque de 628 x 527 (I)

En 5 mm d'épaisseur : - 2 plaques de 171 x 505 (J et L) - 2 plaques de 510 x 535 (K et M) - 1 plaque de 171 x 535 (N) - Le fond, non visible sur le plan ci-dessus.

2. Les autres composants du meuble :

- Une poubelle de 80 L - Un abattant - 2 poignées pour le transport - 2 loqueteaux pour la fermeture de la porte I - 4 charnières (par exemple en laiton pour le couvercle A et la porte I). Les deux charnières de la porte I étant les plus "costaudes". - 4 patins en feutre ou plastique - 2 poignées pour ouvrir les portes A et I (logiquement plus grande pour I) - 2 équerres pour consolider la plaque B (facultatif).

et bien sûr de quoi visser ou clouer tout ça !

D - Les étapes de la construction, en images commentées

On a commencé par fixer, à l'aide de clous sans tête et de vis cruciformes, les plaques C, D et E (épaisseur 18 mm) sur la plaque arrière F (12 mm) :

Ensuite, on a fixé la plaque de fond G (épaisseur : 12 mm) :

plaque de fond

Avec la poubelle, vous pouvez déjà voir se dessiner l'allure du meuble...

Et on continue comme ça : plaques H puis B (c'est elle qui supportera l'abattant et qu'il faudra évider) :

C'est avec un plaisir non dissimulé que Leslie et Nicolas testent le bon fontionnement des portes A (qui fermera le réservoir à sciure) et I (qui ferme le compartiment de la poubelle) :

On les a fixées avec des charnières en laiton que vous aurez l'occasion de voir sur d'autres images. Les boutons de porte sont en bois :

Fixation d'une poignée de transport de chaque côté. C'est Nicolas et Leslie qui s'y collent !

Après avoir pris la mesure du trou à découper (le contour intérieur de la lunette augmenté de 1 à 2 cm), nous avons fait un avant-trou à la perçeuse pour pouvoir passer la lame de la scie sauteuse :

Il ne reste plus qu'à fixer l'abattant... et à titiller la curiosité de nos proches : « Ah bon, parce que c'est des WC ? »

Vous pouvez remarquer sur la photo ci-dessus que la porte est fermée par deux loqueteaux aimantés.

Et que la plaque supportant l'abattant est renformée par deux équerres.

Je ne sais pas si c'était vraiment indispensable mais j'ai pensé que l'épaisseur de 12 mm pourrait ne pas être suffisante, surtout après l'évidement du centre. J'ai préféré les équerres plutôt que de faire couper des plaques plus épaisses (plus cher, plus lourd, moins esthétique).

Pour terminer la partie fixe du meuble, il ne restait plus qu'à visser quatre patins sous la plaque G :

Il ne reste plus qu'à coller/clouer les cinq plaques J,K,L,M et N (le fond, que j'ai oublié de mentionner sur le plan) pour réaliser une réserve de sciure amovible. Bien que le contre-plaqué utilisé ne fasse que 5 mm d'épaisseur, il a été possible de le coller (simple colle à bois) et de le clouer (le collage seul n'aurait pas suffit), avec des clous très fins de 1x12 mm.

On a commencé par clouer le fond N sur les côtés J et L :

Puis l'un des côtés (K ou M) :

Enfin, on creuse deux poignées au sommet des côtés K et M :

Il ne reste plus qu'à tester le trône !!!

A vrai dire, le travail n'est pas terminé : c'est seulement après ponçage et vernissage que nous aurons la joie d'inaugurer notre premier « trône antipollution des nappes phréatiques » !

Et comme nous ne nous refusons rien, nous avons fait deux versions : une pour gaucher et une pour droitier !!!


Un an après...

Voici enfin l'une de ces toilettes en situation opérationnelle, provisoirement installée dans la salle de douche (au final, les deux toilettes seront dans un local indépendant).

Celle-ci a été rapidement protégée avec une seule couche de peinture écologique blanche à base d'huile de lin, dans laquelle Estelle a incorporé un pigment dans les tons brique. Mais nous constatons que ça ne suffit pas pour protéger efficacement des frottements de chaussures, des coups d'éponge, etc. : quand on les installera dans leur local, on rajoutera une couche de peinture puis du vernis protecteur.

Le bac à sciure, avec une louche un peu rouillée qui a retrouvé une nouvelle jeunesse !

Et la poubelle de 80 L. Bien sûr, on ne la laisse pas se remplir en totalité : ce serait trop lourd à manipuler. Jusqu'à la moitié, ou même un peu plus, c'est très bien.

Avoir plus de capacité comporte des avantages, par exemple :

- on vide la poubelle moins souvent,

- on ne risque pas de la faire déborder en la transportant,

- si vous pratiquez les lavements intestinaux, c'est tout de même mieux d'avoir un volume conséquent (ceux qui les pratiquent comprendront !).